Célébration de la Journée Internationale du Yoga

Le message fort de Prashant Iyengar

Mes chers yoginis et yogis,

Lundi, chaque yogi du monde a certainement suivi une pratique différente, ou bien a consacré une pensée spéciale au yoga: quelle importance dans ma vie? Quel impact pour le “mieux vivre ensemble” sur notre planète Terre?

Pour nous, pratiquants de yoga Iyengar® (et au delà de notre cercle car le yoga n’a pas de frontières), Prashant nous a fait un grand cadeau: une pratique et un message fort.

Voici!

Quelques précisions:

  • C’est en anglais (of course!) avec l’anglais de Prashant (qui nécessite un peu d’entraînement! 😂)

  • Il n’y a pas de démonstrateur: Prashant annonce les postures en sanskrit (je vous avais bien dit qu’il était nécessaire de connaître les noms des postures fondamentales 😉!). Il ne donne pas non plus de détails techniques sur la réalisation des postures

  • Il y a pas mal de “talk” (vous connaissez Prashant!), ce qui peut vous laisser dans les postures un temps certain (à vous de gérer!) jusqu’à ce qu’il dise “let go” 😀.

  • Prévoyez deux heures. Les inversées (sirsasana et salamba sarvangasana arrivent à la fin. Prévoyez un peu de temps supplémentaire pour rester en Salamba sarvangasana Halasana et faire Savasana.

Tout à fait modestement, j’ai repris la séquence de Prashant dans mon cours de lundi soir, en donnant l’impulsion correspondant à son message. Evidemment, sans aucun esprit de “copier coller” (impossible!), mais un simple partage au travers de mon prisme, de ma compréhension du jour et de mon ressenti. Mea culpa, dans la série j’ai omis Sankatasana (pensée amicale pour Lison: cette posture engage beaucoup les pieds et les orteils! 🙄😉).

La séance est disponible sur l’application “le yoga enchanté” pour les abonnés.

Le message de Prashant

Je vous laisse découvrir par vous-même. Toutefois voici ma restitution, encore une fois correspondant à ma compréhension du moment.

Son message est lié au contexte sanitaire exceptionnel. Vous le savez certainement, Prashant a été infecté par le coronavirus, il a même été hospitalisé (d’après ce que j’ai entendu). Il a donc vécu les choses de très près, intimement, dans sa chair.

  • EXPIRER

Selon Prashant, la vie commence avec l’expiration (le cri du bébé) et se termine avec l’expiration (Il y a eu débat sur le sujet du cri du bébé avec Hélène, pédiatre😉). Il dénonce l’obsession de l’inspiration avec le focus exclusif poitrine/poumons. Selon lui, avant de chercher absolument à faire entrer l’oxygène, il faut évacuer, faire de la place, pour ensuite, faire le plein d’oxygène, dans le corps tout entier et pas seulement dans la poitrine. Il a utilisé l’image des “gens riches” qui ne construisent pas leur richesse à partir d’une seule source mais de multiples sources. Il nous incite donc à nous constituer de nombreux “portemonnaies d’oxygène”. En aparté, j’adore ces images incongrues, voire décalées qui sont aussi la marque de fabrique de la famille Iyengar®. Ils sont “disruptifs”: ils créent leur propre courant, qui sonne toujours juste (mon avis 😁), en rupture avec la pensée commune.

Prashant recommande d’expirer PLUS que l’on inspire. L’expiration doit fortement engager les organes du ventre (sauf femmes enceintes, indisposées ou pathologies particulières). Il faut donc expirer “à fond” et vider. “Exhale more and more and more: le nouveau mantra.

Pour cela nous avons plusieurs fois pratiqué Uddiyana bandha: cela consiste après une expiration complète à absorber les organes abdominaux vers la colonne vertébrale et vers le haut et à rester ainsi en rétention poumons vides, Bahia Kumbhaka. Ce bandha est un “kriya”, une technique de nettoyage et de purification, pratiquée traditionnellement en pranayama. Mais on voit bien que ces techniques puissantes sont désormais intégrées dans l’univers des asanas. Pour s’initier, une des postures idéales est Adho Mukha Svanasana (le chien tête en bas). Je vous assure que faire disparaître son ventre devient un rêve accessible! 😂(n’est-ce pas Cécile?).

Prashant a insisté sur le fait que chaque posture contribue à une expiration différente dans différentes parties du corps pour une action globale.

  • “BONIFY”:

Voici une expression personnelle de Prashant, de “bone” l’os. Il s’agit de densifier les parties molles du corps (chair, muscles) à la fin de l’expiration en rétention poumons vides (pas très longtemps cela se fait dans la foulée): on densifie par exemple bras et jambes après l’expiration complète dans Adho Mukkha Svanasana. L’idée est d’essorer, de purger, de rincer. Il a utilisé l’image de l’éponge: on serre et on fait sortir toute l’eau. De la même manière le corps se purge dans le vide de l’expiration. Franchement, c’est très fort, dans le sens puissant. C’est à expérimenter.

  • Les KRIYAS

Les kriyas sont des mouvements répétés rapidement spécialement bénéfiques pour les débutants. Nous avons fait plusieurs torsions en dynamique, sur les expirations. Prashant a évoqué deux critères pour décider de l’intensité du rythme et des mouvements: jeune/vieux et fort/faible. Sachant qu’on peut être jeune et faible, vieux et fort ou jeune et fort et vieux et faible. Chacun doit donc choisir d’adapter selon sa condition et ces deux critères (on peut être ni jeune, ni vieux, ni très fort ni très faible mais vous comprenez l’idée 😉)

  • La CONCAVITE

La concavité, le sacrum et la colonne dorsale absorbés, ont aussi servi de fil rouge tout au long de la séance: “squeeze the back”: toujours cette idée de purger, vider, dynamiser l’arrière pour mieux ensuite oxygéner les poumons. Ce qui tombe bien c’est que j’ai travaillé dans cet axe ces dernières semaines et plus particulièrement la semaine dernière (sacrum absorbé, tête levée).

  • Les MUDRAS

Prashant a évoqué brièvement les Mudras (le yoga des mains). Il précise que la majorité sont en lien avec l’abdomen. C’est la première fois que j’entends parler des mudras dans l’univers Iyengar®. Un soulagement pour moi qui ai commencé à m’y intéresser. Je m’aperçois que depuis quelques temps je “prescrits” (au sens recommander) un mudra spécifique en réponse à un déséquilibre ou pathologie.

Voici pour l’essentiel. Naturellement cette semaine je poursuis dans cette direction pour que chacun puisse expérimenter.

Notre posture du jour sera Maha Mudra

  • Il s’agit d’une posture “pranayamique” . Elle figure en bonne place dans la séquence de Prashant. Cette posture est profondément “nettoyante”, tonifiante et purifiante pour les organes abdominaux.

  • On passe dans un premier temps par une phase dos concave pour étirer les deux bords de buste et pour ensuite garder le dos droit en tenant le Jalandhara Bandha (le sceau de la gorge). En effet une erreur très commune consiste à arrondir le haut du dos. Le Jalandhara Bandha bloque la montée du souffle depuis prana (au sens corps pranique = la poitrine) dont la direction naturelle est ascendante.

  • A la fin de l’inspiration on active Mula Bandha c’est à dire qu’on étire vers le haut les sphincters et le périnée. Ainsi le souffle, le vayu, est ascensionnel, il ne peut suivre le courant naturel descendant de Apana. Imaginez donc la puissance du prana ainsi contenu avec ces blocages aux deux extrémités. Au delà d’être “contenu” il y a ces deux courants contraires: ascendant (depuis Apana le bas ventre) et descendant (depuis Udana la gorge). Ainsi Apana (région du bas-ventre) et Prana (région de la poitrine)se rejoignent au centre dans Samana (au dessus du nombril incluant le diaphragme).

  • Et on active Uddiyana Bandha en absorbant les organes du ventre vers la colonne vertébrale et le diaphragme. Regardez sur l’image le “creux” abdominal.

  • Avant d’expirer on relâche doucement Mula Bandha et Uddiyana Bandha

  • Maha Mudra est listée parmi les postures essentielles dans le Hatha Yoga Pradipika:

    • Les grandes causes de souffrance, et tous les maux, à commencer par la mort, sont détuits par cette mudra. C’est pourquoi les sages très avisés la nomment “la grande mudra (sloka 14 chapitre III).

    • Il n’y a plus de nourriture indiquée ou contre-indiquée pour celui qui pratique la maha- mudra. Toutes les saveurs, les aliments qui ont perdu leur saveur, et même les poisons dangereux sont digérés comme du nectar (sloka 15)

    • “Les maladies consomptives, l’affaissement des intestins, la dilatation de la rate, les troubles de la digestion, et tant d’autres maux sont tous annihilés chez celui qui pratique la mahamudra” (sloka 17)

La posture vous semble “technique” ? Oui, elle l’est. C’est pourquoi il est nécessaire selon moi de la pratiquer aussi souvent que possible, ainsi que nos bandhas. Let’s go!

RV à 18H30 à Roquefort les Pins ou en ligne. ⬇️

S'inscrire maintenant

  • Choisissez la séance sur le planning et connectez-vous

  • Pour le cours en ligne:

    • vous recevrez un mail de Fitogram 15 minutes avant la séance: vérifiez vos SPAMS

    • Installez-vous de telle sorte que je vous voie en entier, le tapis parallèle à l’écran

    • Mot de passe : holiways06

Et en hommage à Guruji voici un yogi inspirant et je dirais, accompli! Avec un magnifique Uddiyana Bandha à la 4ème minute (suivi de Nauli = faire tourner son abdomen de droite et de gauche, mais ce sera pour plus tard! 😉)

Dans la joie de vous retrouver sur le tapis

Namasté

Isabelle

PS1: Le cours pranayam demain à 18H30 sera 100% en ligne Je m'inscris

PS2: N’oubliez pas le stage dimanche 27 juin de 9H30 à 12H30 sur le thème “pratiquer avec le mur”, à l’Atelier de Yoga à Mouans Sartoux

Je réserve le stage

PS3: Les cours à Roquefort les Pins ont repris! Les cours sont mixtes: présentiel (5 pratiquants maximum en juin, 8 en juillet) et en ligne. GO!

PS4: 2 places disponibles pour le stage d’été 1 (8H30 à 11H30) du dimanche 18 juillet au jeudi 22 juillet Je m'inscris le matin

Et une dernière place pour l’après midi (17H30-20H30) Je m'inscris l'après midi